Les vignobles de Bourgogne

Les vignobles de Bourgogne

Vous venez de prendre un cours d’œnologie à Beaune, au cœur de la Bourgogne, et vous voilà enfin prêt à parcourir les différents vignobles bourguignons.

A pied ou à vélo pour découvrir la Côte de Beaune

Concrètement, il y a différents moyens de découvrir les vignobles. Si vous êtes à Beaune, vous pouvez facilement les visiter à pied. Il se trouve que le centre-ville et la ville sont à deux pas des premières vignes classées en appellations Beaune et Beaune Premier Cru. A partir de là, vous pouvez tranquillement continuer votre chemin en direction du sud jusqu’à Pommard. Vous effectuerez ces deux à trois kilomètres sans difficulté en suivant les chemins de vigne. C’est une manière très agréable de visiter le vignoble et d’en apprécier les différents éléments qui le composent. Vous traverserez ces fameux climats, les parcelles, les clos, les lieux-dits, de quoi prendre conscience des différentes appellations et de leur niveau.

Vous pouvez également visiter les vignobles à vélo. S’il y a de nombreux loueurs de vélos à Beaune, vous trouverez aussi à louer d’autres moyens de transport légers comme par exemple des trottinettes. Que ce soit à vélo ou à trottinette, ces deux méthodes sympathiques sont surtout très efficaces pour comprendre la situation des différentes vignes, comprendre pourquoi certaines zones sont classées en premier cru et d’autres pas.

Ces moyens de transport qu’on peut qualifier de « lents » vous invitent à flâner et à prendre votre temps. Si vous êtes suffisamment en forme physique, c’est à priori le vélo que vous devriez privilégier pour parcourir une distance plus importante. Chaque année, ce sont des milliers de touristes qui circulent à vélo sur la véloroute entre Beaune et Santenay, découvrant ainsi l’ensemble de la Côte de Beaune. En partant de Beaune, vous vous dirigez au cœur des vins rouges en traversant d’abord le village de Pommard puis celui de Volnay. Place ensuite à la Côte des Blancs où vous arrivez dans un premier temps dans le village de Meursault, avant de découvrir les villages de Puligny-Montrachet et Chassagne-Montrachet. Après avoir traversé ces 3 villages mondialement réputés pour leurs vins blancs, vous terminez votre route à Santenay, qui a cette particularité d’être un village thermal. Les thermes qui y existaient seront reconstruits et restaurés dans quelques années.

N’hésitez pas à vous arrêter pour déguster tout en restant prudent ; la dégustation et le vélo ne faisant pas toujours bon ménage… Vous avez déjà pédalé 20 kilomètres dans un sens et il ne faut pas oublier les 20 kilomètres dans l’autre sens.

Si vous en avez le courage, grimpez en haut des côteaux. La montée vous paraîtra sans doute interminable mais quelle vue quand vous serez arrivé : vous bénéficierez d’une vue panoramique très intéressante et vous vous rendrez mieux compte du relief.

Une deuxième véloroute en cours de finalisation pour découvrir la Côte de Nuits et ses vins rouges

Et pourquoi ne pas réitérer l’expérience pour découvrir le nord de Beaune et vous diriger vers la Côte de Nuits ? Il y a environ 15 kilomètres entre Beaune et Nuits-Saint-Georges et 40 kilomètres entre Beaune et le sud de Dijon. A nouveau sur votre vélo, vous pouvez parcourir cette partie du vignoble par une nouvelle véloroute qui est en train d’être finalisée. La Côte de Nuits est dominée largement par les vins rouges, qui représentent 90 % de la production. Ce sont des noms très prestigieux que vous allez découvrir au fil des kilomètres. Vous passez d’abord par le village de Nuits-Saint-Georges, puis vous arrivez à Vosne Romanée, Vougeot, Chambolle Musigny, Morey Saint-Denis, Gevrey-Chambertin, Fixin et enfin Marsannay.

Au cœur de la Côte de Nuits, n’hésitez pas à visiter un monument majeur qui a été en partie construit par les moines de Cîteaux dès le XIIème siècle : il s’agit du Château du Clos de Vougeot. Les moines de Cîteaux ont été les premiers à prendre conscience que le raisin était un fruit très fragile et qu’il fallait le transformer en vin au plus proche des vignes. Ils ont donc construit une cuverie avec des pressoirs monumentaux qui sont toujours en place au sein du château. Le Château du Clos de Vougeot se visite tout au long de l’année.

La Saône et Loire pour visiter la Côte Chalonnaise et le Mâconnais

Si vous souhaitez visiter les vignobles au-delà de la Côte de Beaune et de la Côte de Nuits, vous aurez alors besoin d’une voiture. En Bourgogne, rien n’est jamais très loin, vos déplacements ne seront jamais très longs.

Au sud de la Côte de Beaune commence ce qu’on appelle la Côte Châlonnaise. Elle débute au sud de Santenay, à une vingtaine de kilomètres au sud de Beaune.  Administrativement, la Côte de Beaune et la Côte de Nuits sont en Côte-d’Or. En revanche, la Côte Châlonnaise se situe en Saône-et-Loire. La Côte Châlonnaise regroupe plusieurs appellations ; elle est essentiellement connue grâce à l’appellation Mercurey qui se trouve à une trentaine de kilomètres au sud de Beaune et à quelques kilomètres de Chalon-sur-Saône. Les villages de Mercurey et Givry sont dominés par les vins rouges à 85 %. Le reste de la Côte Châlonnaise est plutôt dominé par les blancs, à l’image des villages Bouzeron, Rully et Montagny. Les vins rouges à Rully existent mais le village est couvert à trois quarts par des vins blancs. A l’inverse, Montagny est une appellation exclusivement en vins blancs.

Le sud de la Bourgogne s’ouvre sur un vignoble relativement large qui se termine au sud de Mâcon. Certaines appellations du Mâconnais sont très prestigieuses et connues dans le monde entier : par exemple Pouilly-Fuissé ou Saint-Véran. Le Mâconnais fait partie de la Saône et Loire tout comme la Côte Chalonnaise. Le secteur est largement dominé par les vins blancs, à environ 90 % de la production.

L’Yonne pour déguster entre autres Petit Chablis, Chablis, Chablis Premier Cru et Chablis Grand Cru

La partie la plus éloignée de Beaune correspond à la Bourgogne du Nord dans le département de l’Yonne. Cette partie du vignoble est constituée de trois sous vignobles : l’Auxerrois dans la vallée de l’Yonne, le Tonnerrois dans la vallée de l’Armançon et bien sûr le plus connu le Chablisien. A lui seul, il représente 5000 hectares, produisant uniquement des vins blancs avec plusieurs niveaux d’appellations : Petit Chablis, Chablis, Chablis Premier Cru et Chablis Grand Cru.

Si vous souhaitez visiter l’ensemble de la Bourgogne, nous vous conseillons d’y consacrer trois voire quatre jours. Idéalement, un jour est consacré à la partie nord avec Chablis, un jour réservé à la partie sud avec la visite de la Côte Châlonnaise et du Mâconnais, un jour entier dédié à la Côte de Beaune et enfin un jour complet pour explorer la Côte de Nuits.

La Bourgogne est constituée de 85 appellations d’origine contrôlée (AOC), ce qui représente près du quart des AOC de France. Si on applique le système des proportions, il faudrait donc dédier un quart de votre temps consacré aux vins, uniquement à la découverte des vins de Bourgogne…

C’est pourquoi la Bourgogne ne peut se contenter d’une seule visite, d’un seul séjour. Au contraire, elle nécessite de très nombreuses journées, week-ends, vacances. C’est d’ailleurs ce que font de nombreux visiteurs qui ne connaissent pas la Bourgogne. Ils finissent toujours par revenir pour les vins, pour l’environnement, pour la richesse architecturale, pour le patrimoine, la gastronomie, car la Bourgogne est une des régions les plus riches en restaurants avec l’Alsace.

Si vous n’avez pas envie, ou si vous ne pouvez pas y consacrer autant de jours ou multiplier les séjours, concentrez-vous sur ce que vous avez appris lors de votre cours d’œnologie. Vous en avez appris plus sur vous-même. Vous connaissez maintenant vos préférences, peut-être les vins blancs, les vins rouges, les vins jeunes, les vins vieux… Faites le tri en fonction de vos goûts. Si vous préférez les rouges, il n’est peut-être pas indispensable dans un premier temps de visiter le Chablisien ou le Mâconnais. A l’inverse, si vous adorez les vins blancs, focalisez-vous sur la Côte de Beaune, le Mâconnais, Le Chablisien, sans oublier la Côte Châlonnaise dont la production est aujourd’hui à 55 % de vins blancs.